26
Septembre

Poussée totalitaire ou affolement ?

Publié dans Communiqués de presse

Notre-Dame-des-Landes, le 25 septembre 2015  
 

 
Franck Louvrier parle de faire dissoudre l'ACIPA* pour non dénonciation de l'occupation de la ZAD et Monsieur Mustière affirme qu'en cas de drame « ceux qui soutiennent ce mouvement auront à rendre des comptes »**.

Peut-on calmement faire remarquer à l'un, élu du groupe « Les Républicains » qu'il devrait faire soigner cette crise aiguë de totalitarisme qui lui fait perdre tout sens de la mesure ; qu'il relise les cas de dissolution judiciaire ou administrative, il n'y trouvera pas la « non-dénonciation » !

Et à l'autre, qu'il a sans doute raison sur le diagnostic « d'un drame possible » mais pas forcément sur l'identité de ceux à qui on pourrait demander de rendre des comptes. Car comme vient de le montrer le scandale Volkswagen, dans un milieu que M.Mustière connaît bien, un jour le mensonge et la tricherie sont mis au jour...

Or le mensonge et la tricherie ne sont pas du côté des opposants à ce mauvais projet, mais bien du côté de ses soutiens, comme le montrent tous les travaux de contre-expertise menés par l'Atelier Citoyen.
Travaux auxquels ne répond qu'un silence pesant des services de l’État.


 
* Ouest-France du 24/09/2015 http://www.ouest-france.fr/aeroport-nddl-franck-louvrier-suggere-une-dissolution-de-lacipa-3709860
** ib. version papier

 

 

15
Octobre

Un nouveau projet porteur d'avenir sur la ZAD

Publié dans Communiqués de presse

Communiqué de presse - Notre-Dame-des-Landes, le 15 octobre 2015 

Depuis samedi 10 octobre 2015, un collectif nantais, porteur de projets de conserverie et de cultures maraichères, occupe une maison d'habitation* au lieu-dit "la Noé Verte" à Grandchamp des Fontaines, sur la ZAD dite "de Notre-Dame-des-Landes".

Mardi soir, 13 octobre, le collectif a annoncé le rétablissement de la libre circulation sur la route VC3 (Notre-Dame-des-Landes -  Grandchamp des Fontaines).

Nous, ACIPA, le remercions pour le bon sens responsable de cette décision. Elle rejoint les préoccupations de notre association concernant le respect des populations riveraines.

L'ACIPA soutien ce collectif et son projet constructif et innovant qui pourra répondre aux attentes des populations locales - riveraines et nantaises - en terme de produits alimentaires de qualité, de circuits courts, de relation producteurs-consom'acteurs, et renforcera l'autonomie alimentaire des habitants.

 

L'association invite donc ses adhérents et sympathisants à venir nombreux encourager ce projet et le soutenir dans notre résistance commune pour éviter toutes tentatives d'expulsions de la part de l’État et d'AGO-Vinci.

 

A la veille de la COP21, pour sauver le climat et les terres agricoles, l'abandon de la DUP du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, c'est MAINTENANT.

Nantes a déjà un aéroport.

------------------------
*Cette maison est située à l'intérieur du périmètre de la D.U.P. (Déclaration d'Utilité Publique) du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Elle a été achetée par le Conseil Général 44 depuis de nombreuses années, et a été transférée au concessionnaire AGO-Vinci qui gère le projet d'aéroport pour le compte de l’État.
Depuis plus de deux ans, elle était inutilisée et vide de tout occupant. De plus, il ne s'agit pas d'une "deuxième ZAD", comme certains l'ont suggéré, puisque la maison et la route VC3 qui la dessert sont à l'intérieur du périmètre de la DUP et donc de la ZAD, qui est grande d'une superficie de 1650 hectares.

16
Octobre

Notre-Dame-des-Landes : un Premier ministre sous influence et/ou dans l’ignorance ?

Publié dans Communiqués de presse

Communiqué de presse - Notre-Dame-des-Landes, le 16 octobre 2015


Lors des questions au gouvernement au Sénat jeudi 15 octobre 2015, Manuel Valls a réaffirmé sa volonté de poursuivre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Pour justifier ses propos, il a répété comme des mantras des « arguments » dont l’inexactitude a été maintes fois démontrée.

Il est incompréhensible que le Premier ministre ne soit pas en mesure de baser une décision qui engage les finances publiques sur la base d’éléments factuels, détaillés à nombreuses reprises (notamment par les travaux de l’Atelier citoyen ou des Naturalistes en lutte), plutôt que sur les affirmations péremptoires de groupes d’influence ayant un intérêt purement financier et spéculatif à voir le projet se réaliser.

Nous sommes aujourd’hui même au troisième anniversaire du début de la calamiteuse opération « César » qui devait faire « place nette » à Notre-Dame-des-Landes. Après tant de temps passé, les services de l’État n’ont-ils donc pas été en mesure d’ouvrir une réflexion de fond sur les arguments de l’opposition, ni même seulement d’en prendre connaissance ?
 
Non, Monsieur Valls, les nuisances aériennes n'augmentent pas sur Nantes, le trafic en mouvements ne croît presque pas et les avions sont de moins en moins bruyants.
Non le lac de Grandlieu n'est pas menacé par les avions mais par les problèmes de qualité d'eau, ce qui n'a rien à voir.
Non le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes n'est pas « bon pour l'environnement ». Comment le serait-il alors qu'il détruit des zones humides, que l'absence de compensation est un secret de Polichinelle, et que l’énergie gaspillée pour sa construction pourrait largement être déployée à moindre frais pour réaménager l’aéroport existant ?

Qu’est ce qui est le plus inquiétant, que le Premier ministre ne connaisse pas le dossier ou qu’il fasse mine de ne pas le connaître pour favoriser les lobbies du béton ?

Comment le croire lorsqu'il dit « comprendre ceux qui s'opposent au projet lui-même de manière pacifique » alors que le gouvernement qu'il dirige les méprise totalement depuis des années : pas de réponse aux courriers, pas de rendez-vous, pas de transmission de documents publics.

Violence de ce mépris, violence des propos tenus sur les occupants de la ZAD, violence de la répression, est-ce la seule réponse de l’État français ?

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est l’exemple parfait de ce qui nous a conduits à la veille de catastrophes environnementales désormais difficilement évitables.

A la veille de la COP21, le gouvernement s’honorerait à prendre en considération l’important travail de fond du mouvement d’opposition et d’abandonner un projet aussi inutile que dispendieux et destructeur.

05
Avril

Notre-Dame-des-Landes : un pas vers l'abrogation de la Déclaration d'Utilité Publique

Publié dans Communiqués de presse

Communiqué de presse - Notre-Dame-des-Landes, le 5 avril 2016


Les experts missionnés par Ségolène Royal ont rendu un rapport intéressant qui montre que le projet de Notre Dame des Landes est surdimensionné et que la rénovation de Nantes Atlantique est une alternative crédible et moins coûteuse.

Ils confirment que le Débat public de 2003 et l’Enquête publique de 2007 ont balayé cette alternative à tort. Pour nous, cela signifie que la Déclaration d’Utilité Publique doit être abrogée, que les procédures d’expulsion en cours doivent être définitivement arrêtées et qu’une consultation en juin n’a plus de sens.

Le CéDpa et l’ACIPA, qui ne partagent pas toutes les conclusions du rapport, sont prêts à participer au travail d’approfondissement sur les points qui posent question pour le maintien de Nantes Atlantique : renforcement de la piste, trajectoires, bruit.

Nous remercions la Ministre de son engagement pour sortir de l’impasse sur ce dossier et espérons qu’elle le poursuivra.

 

Lire le rapport remis à Ségolène Royal

Article du Monde du 05/04/2016

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑