14
Janvier

Fiche n°07 - L'historique du projet de nouvel aéroport et de la lutte

Publié dans Fiches thématiques

Le projet d’aéroport est né dans les années 60, ses justifications ont changé plusieurs fois au cours de ces décennies (pour le Concorde, le fret, le 3e aéroport parisien, la future saturation, le bruit, la sécurité, pour l’A380…). La lutte contre le projet est ancienne. Elle est montée en puissance depuis la réactivation du projet en 2000, avec trois piliers : la mobilisation citoyenne, le juridique, le politique.

 

De 1960 à 2000                                                                                                           

 

Extrait d’un document de l’OREAM publié dans « Dégage on aménage »

1963 : l’OREAM cherche un site pour un grand aéroport intercontinental dans l’Ouest. Il s’agit d’y faire atterrir le Concorde.

1967 : le site de Notre Dame des Landes est choisi. L’aéroport doit ouvrir en 1985; les experts de la CCI prévoient de 5 à 9 millions de passagers en 2000.

1970 : le rêve américain. Michel Chauty, sénateur-maire de retour des USA, rêve pour Nantes d’un « Rotterdam aérien », une plateforme internationale de fret (en 2008, le fret à Nantes Atlantique : 9000 tonnes contre 1,6 millions de tonnes à Amsterdam et 2,1 millions de tonnes à Francfort…)

Années 70 : opposition immédiate du monde paysan, création de l’ADECA, association de défense des exploitants concernés par le projet d’aéroport

1974 à 2003 : par droit de préemption durant 29 ans, le Conseil général acquiert 850 hectares sur la Zone d’Aménagement Différé (sur les 1650 nécessaires)

1974 : livre « Dégage on aménage » de deux sociologues

Années 80-2000 : mise en veille du dossier

Années 90 : les élus locaux proposent NDL pour le 3e aéroport parisien


De 2000 à 2008                                                                                                          
2000 : projet relancé sous Jospin; coïncide avec le lancement de l’urbanisation de l’île de Nantes (quartier de friches industrielles transformé en vitrine de la modernité nantaise, risque de contraintes d’urbanisation si le PEB grossissait)

2000 : réactivation de l'ADECA et création de l'ACIPA, association citoyenne des populations concernées par le projet d'aéroport (réunions d'information, site internet, pique-niques annuels)

2002 : création du syndicat mixte d’études

2002-2003 : Débat public
Participation au débat public de plusieurs associations et des Verts

2004 : création de la coordination des opposants, 5 organisations en 2004, plus 50 en 2015 (grandes associations écologistes, associations citoyennes, associations locales, partis politiques, syndicats)

2006 : 1ère fresque humaine – 5 000 personnes « AÉROPORT NON ! »

2006-2007 : Enquête publique
Participation à l’enquête publique


2008                                                                                                                            

Février : Déclaration d’utilité publique

Septembre : appel d’offres pour trouver le concessionnaire-constructeur

Octobre : début de l’opération Citoyens vigilants

2008-2012 : information continue de la population – réunions, débats contradictoires, diaporama et tracts


2009                                                                                                                            

Été : semaine de résistance – Camp Action Climat (le 1er en France), installation de cabanes

Octobre : création du Collectif d’Élus doutant de la pertinence du projet d’aéroport, le CéDpa


2010                                                                                                                            

Choix de AGO (Vinci – ETPO – CCI)

Mars : Tracto-Vélo régionale pendant une semaine

Décembre : convention Vinci-État, ouverture prévue en 2017, concession pour 55 ans


2011                                                                                                                            

Janvier : Vinci obtient la concession de Nantes Atlantique et Saint Nazaire

Été : 3 jours de résistance « Pour un autre choix de société » (15 000 personnes) avec 2ème fresque humaine « VINCI DEGAGE ! »

Octobre: Étude CE Delft, expertise indépendante sur analyse économique initiale.

Novembre : Tracto-Vélo de ND des Landes à Paris pendant une semaine. Manifestation à Paris avec 5.000 personnes, des tracteurs, des animaux


 

2012                                                                                                                            

Mars : Manifestation à Nantes, 8.000 personnes

Avril : Grève de la faim-> gel des expulsions des habitants avec titre tant que quatre recours juridiques n’ont pas abouti.

Été : enquête publique « Loi sur l’eau »
Participation à l'enquête publique.

Été : 2ème Forum européen contre les Grands Projets Inutiles Imposés, plus de 8.000 personnes, 3ème fresque humaine «SAVE THE PLANET – GPII STOP »

16 Octobre 2012 jusqu'en Novembre : Destruction de maisons, expulsions (opération César, 1 000 gendarmes mobiles et CRS)

17 Novembre : 40 000 personnes à NDL pour la manif de réoccupation; occupation accrue de la ZAD.

Novembre : Création massive de comités de soutien (200)

Novembre : Jean-Marc Ayrault crée une commission de dialogue et une mission agricole (pour calmer les fortes tensions) qui ont pour objectif d’accompagner le projet en écoutant les différentes parties prenantes. Une autre instance est créée par le gouvernement pour lever les réserves de l’enquête publique Loi sur l’Eau, la commission d’experts scientifiques.

Décembre: la Commission européenne engage une procédure précontentieuse envers la France (EU pilot)


2013                                                                                                                            

Janvier : arrêt de la Cour de cassation qui donne un répit de 18 mois à deux ans sans expulsion des occupants en titre, à compter de février 2013.

Janvieroccupation de la Ferme de Bellevue par le COPAIn 44 (Collectif des Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d’aéroport) pour sauver les bâtiments de la destruction.

À partir de janvier : inventaires faune et flore sur le terrain par les naturalistes en lutte

Mars : la commission des pétitions de l’Union Européenne prend en charge notre pétition.

Avril : Conclusions des 3 commissions (voir fiche n°16); Les experts scientifiques invalident totalement la méthode de compensation prévue. Arrêt des fouilles préventives archéologiques, des expulsions, des démolitions et retrait des forces de police.

Avril : Opération « Sème ta ZAD » : mise en œuvre de projets agricoles pérennes sur la ZAD.

11 Mai : Chaine humaine de 25 km pour enterrer le projet : 40 000 personnes

8 Juin : Marie-Monique Robin reçoit la Légion d’Honneur à la Vache Rit, local de résistance de la lutte.

Été : Occupation du ciel par 1 000 cerfs volants; 40 000 personnes

Septembre : Étude Adecs Air infra plans d’exposition au bruit prévisionnels sur Nantes Atlantique pour le CéDpa.

Automne : Réunions à la préfecture suite à la commission du dialogue avec la Direction générale de l’Aviation Civile. Le CéDpa y participe, confirmation d'étude.

21 Décembre : Publication des arrêtés d’autorisation de travaux


2014                                                                                                                            

Février : Recours juridiques contre les arrêtés d’autorisation de travaux.

22 Février : Énorme manifestation à Nantes, 520 tracteurs et 50 000 personnes; affrontements et dégradations très relayés par la presse

Engagement de JM Ayrault : pas de travaux avant la fin des recours

Avril : Avis défavorable du Conseil national de la protection de la nature relatif à la destruction du camagnol amphibie.

Juin : Étude d’architectes sur le réaménagement de Nantes Atlantique, bien moins coûteux que le projet de la DGAC

Octobre : Révélations du Canard enchainé (non démenties), l’aéroport prévu à NDL plus petit que l’actuel aéroport.

Octobre : instruction du permis de construire suspendue.

25 Octobre : mort d'un militant pacifiste, Rémi Fraisse lors d'une charge des forces de l'ordre à Sivens

Novembre : le Conseil d’État rejette les recours contre les expropriations.

Le Premier Ministre Manuel Valls réaffirme la volonté de l’Etat de construire l’aéroport

Décembre : Création de l’Atelier citoyen sur l’optimisation de Nantes Atlantique


2015                                                                                                                            

Janvier : François Hollande affirme « Quand les recours seront épuisés, Notre Dame des Landes sera lancé ».

Février : Avis négatif du Conseil scientifique du Patrimoine naturel et de la Biodiversité.

Printemps : François Hollande crée une commission en charge du renouveau du débat public.

Le CéDpa et la coordination anti GPII sont auditionnés.

Avril : Positionnement contre le projet NDL de l’UD CGT44 et CGT Pays de la Loire.

Mai : La justice accorde un délai de 18 mois à une famille menacée d’expulsion.

Décision de classer sans suite les plaintes des personnes blessées lors de la manifestation du 22 février 2014.

Juin : Le tribunal administratif de Nantes valide les expropriations.

Juillet : Le tribunal administratif de Nantes rejette les recours des opposants sur la loi sur l’eau et la destruction d’espèces protégées.

Le gouvernement abandonne le projet d’autoroute A831 traversant le marais poitevin.

31 Juillet : Décès de Michel Tarin, paysan retraité, militant historique.

Été : Publication des dossiers de l’Atelier citoyen et des « 10 vérités qui dérangent ».

Septembre : Appel déposé à la cour administrative d’appel sur la loi sur l’eau et la destruction des espèces protégées.

Octobre : Suite au recours du CéDpa, Vinci doit rembourser à l’État et aux collectivités les intérêts des sommes illégalement versées (870 000 euros).

Novembre : vélos et tracteurs de NDL à Versailles, convoi CAP sur la COP.

Décembre : « Nous accusons » de l’Acipa.


2016                                                                                                                            

9 Janvier : Manifestation de blocage du périphérique de Nantes, plus de 20 000 personnes, 400 tracteurs.

11 et 12 Janvier : Blocage des routes en campagne à nouveau 400 tracteurs mobilisés, opérations escargot sur le périphérique nantais; arrestations, procès et condamnations très lourdes.

13 Janvier : Le tribunal administratif de Nantes décide de l’expulsion des habitants historiques et paysans : 2 mois de délai pour les habitants, les astreintes très élevées demandées par Vinci ne sont pas retenues.

Janvier : Livre de Françoise Verchère : « Notre Dame des Landes, la fabrication d’un mensonge d’État ».

S. Royal demande au CGEDD une mission d’expertise sur les alternatives à NDL.

Février : F. Hollande annonce un « référendum local ».

27 Février : Manifestation sur les 4 voies Nantes-Rennes et Nantes-Vannes, 60 000 personnes.

Avril : Rapport du CGEDD à S. Royal : le projet NDL est surdimensionné, une seule piste suffit; l’aménagement de NA est une alternative possible.

26 juin : Consultation limitée à la Loire Atlantique : « Êtes-vous favorable au transfert de l’aéroport de NA sur la commune de NDL ? »



Mise à jour du 15/05/2016
09
Mars

Manif du 27/02/2016 - Prise de parole des historiques expulsables

Depuis 40 ans la population dit non à ce projet d’aéroport et aujourd’hui c’est toujours non !

Mais aujourd’hui, nous sommes très très nombreux.

Ce ne sont plus seulement les paysans qui disent non, mais aussi toute la population : des jeunes, des moins jeunes. Tout le monde se sent concerné par ce débat.

Les raisons sont en partie les mêmes : la défense des terres agricoles, la défense d’emplois locaux, le refus que de grands élus décident pour nous, le refus que l’aménagement du territoire se fasse au profit des grandes villes et au détriment des territoires ruraux.

Depuis, d’autres motivations se sont ajoutées : l’horreur pour les dossiers compliqués bourrés de chiffres, non consultables et surtout bidouillés pour aboutir au résultat que l’on veut ; c’est le cas de l’étude cout bénéfice.

Bien sûr, le respect de l’environnement, de notre terre, de celle de nos petits enfants est une dimension qui a pris de l’ampleur aussi.

C’est pourquoi, François Hollande l’a reconnu : « on ne peut pas circuler sans entendre parler de Notre Dame des landes ». C’est le fruit de toutes vos mobilisations, partout en France et sous différentes formes. Notre Dame des landes est un débat incontournable et sur lequel on ne lâchera pas.

Attention, les choses s’inversent, bientôt on dira : « vous savez Nantes, cette ville à 20 km de Notre Dame des landes, cette ville qui détruit tout l’environnement dans son voisinage pour être toujours plus verte »

Pour cette ville-entreprise qui investit des millions dans la communication sur son image, ce serait trop la honte !

En tout cas, il y en a qui ne changent pas ! Ce sont les hommes politiques ! Toujours droits dans leurs bottes, à répéter les mêmes mensonges. C’est normal, ils mettent à la poubelle les notes techniques de leurs services censées les faire réfléchir.

Nous, nous sommes les braves gens, qui sans peur du ridicule avons sans cesse fait appel au bon sens : quand on n’est pas riche et que l’on a un outil qui marche bien ( et les compagnies aériennes qui ont primé Nantes Atlantique meilleur aéroport régional savent qu’il marche bien !) Et bien quand un outil fonctionne bien, on ne le casse pas pour en faire un neuf dont on n’est jamais certain qu’il marche aussi bien et dont on est sûr qu’il coutera beaucoup plus cher.

Cette évidence, les porteurs du projet ne l’ont jamais partagée. Ah oui, il y a un détail, nous raisonnons avec notre argent et eux raisonnent avec l’argent des autres, l’argent public, le vôtre, celui des services sociaux que l’on réduit parce qu’il faut faire des économies.

Voilà pourquoi nous sommes dans cette bagarre.

Qui sommes-nous, les historiques expulsables?

Des habitants, locataires bien avant 2008 ; par exemple Alphonse qui vit ici depuis plus de 80 ans. Beaucoup y ont vécu toute leur vie d’adulte.

Tous nous étions ici pendant l’opération César, avec une foule de combattants harassés voire blessés, avec les flics à proximité. Tous nous avons vécu l’occupation policière qui a suivi. Nous avons mis à disposition de la lutte la vacherie, la Rolandiére, les fosses noires. Avec l’aide des terres de Bellevue, nous avons réorganisé l’usage du foncier pour gérer les dégâts de l’opération César et s’organiser avec les activités agricoles de Sème ta ZAD.

Les paysans ont acheté soit du foncier en bordure de zone, soit une maison dans la zone pour limiter l’emprise de Vinci.

Les paysans ont participé d’une façon ou d’une autre à la grève de la faim.

Hervé était le premier occupant illégal en s’installant en 78 sur les terres de ses parents.

Nous ne gênons pas physiquement Vinci pour l’année 2016, quels que soient ses projets.

Mais nous sommes des opposants à abattre, nous n’avons pas encaissé les chèques des expropriations et nous n’avons jamais signé de bail annuel avec Vinci pour vivre dans nos maisons ou utiliser nos parcelles historiques. Selon la bible de Vinci, notre activité agricole est illégale et donc nous devons partir.

La plupart des historiques vivent avec ce projet au-dessus de leur tête depuis l’enfance, c’est une partie de leur vie.

Ce paysage, ces terres, cette biodiversité, c’est en partie le fruit de leur travail, de leur mode de vie en recherchant un équilibre entre production et respect de la terre et du bocage.

On peut sans doute faire mieux et on le fera. Mais l’urgence aujourd’hui, c’est de sauver ces terres.

On croit être seul en voulant sauver ces terres de Notre dame, mais en fait, on s’aperçoit que c’est le même problème ailleurs. Quand on a reçu Via Campesina, avec des délégations de plein de pays différents, on a découvert qu’il y avait la même histoire en Indonésie, au japon. En un siècle, on a imperméabilisé 25% des terres agricoles en France, et on a le même phénomène au niveau mondial. Vous connaissez tous ces terres que l’on arrache aux paysans à Madagascar, que l’on privatise en Amérique latine, en Ukraine etc.

C’est bien un combat universel que nous menons, celui de la sauvegarde de la terre nourricière.

Dans un pays comme le nôtre, réduire les terres agricoles, c’est condamner les paysans à utiliser plus d’intrants avec des cultures plus productives et plus exigeantes et donc plus fragiles. Ailleurs, cela se traduira par plus de défrichage de forêts. A tout point de vue, c’est le contraire de ce qu’il faut faire. C’est en particulier très contradictoire avec les engagements de la COP 21.

C’est pour cela qu’il faut gagner cette lutte.

Nous pouvons être fiers, tous ensemble, de ce que nous avons fait tous ensemble. Résister pendant si longtemps, nous avons montré que c’est possible. Cet aéroport qui devait être inauguré en 2017 et les travaux n’ont toujours pas commencé. Hou la la, on comprend qu’ils soient furieux en face.

Non, messieurs, nous ne vous élisons pas pour que vous décidiez pour nous. Non, messieurs, nous ne laisserons pas les lobbies du BTP et de l’immobilier nous gouverner.

Non, messieurs, nous ne vous laisserons pas détruire notre bocage avant le verdict de tous les recours.

Assurément, la force de notre lutte est la diversité des acteurs :

L’opposition des pilotes de ligne et leur expertise aéronautique

L’implication des élus et aussi leur expertise des dossiers

L’expertise des naturalistes en lutte

L’expertise des ateliers citoyens

Les mobilisations et le travail d’information

L’action juridique

L’engagement sur le terrain des paysans de Copain

La résistance sur le terrain par les occupants

La non collaboration têtue des historiques

Dans un monde normal, deux parmi ces résistances auraient dû suffire à couler le projet, en fait, toutes ces forces ensemble n’ont réussi qu’à le bloquer. Mais c’est déjà cela. Il nous reste à construire notre avenir et le chemin qui mène à la victoire. Depuis 2012, nous avons su gérer chaque difficulté et nous allons continuer à le faire.

Vous l’avez vécu comme nous l’hiver a été chaud. En plus, ici, il a été rude.

Cela a commencé dès l’été quand les juges ont dit qu’ils n’avaient pas compétence pour se prononcer sur le respect de l’environnement par ce projet.

Le lobby du patronat, soutenu par le premier ministre y est allé à fond : « il faut démarrer les travaux, l’avenir de la région en dépend, la région est prise en otage, la ZAD c’est l’ultra violence, c’est Mossoul, c’est la république qui est en danger »

Ont succédé ensuite, les expropriations des derniers dossiers d’historiques, puis les procès pour expulsion, qui se sont conclus par des décisions d’expulsion.

Vinci nous avait bien prévenu qu’en ne signant pas amiable, nous passerions devant le juge. C’est fait et plusieurs fois, nous connaissons très bien le chemin maintenant.

Au 26 mars, nous serons tous comme les autres occupants de la ZAD, expulsables de nos maisons. Depuis la fin janvier, l’utilisation de nos terres et la présence de nos troupeaux sont illégales. Nous ne sommes pas certains du tout de toucher les aides PAC pour 2016. C’est dommage, car avec le prix du lait que nous aurons ce serait assez dur de joindre les deux bouts sans les aides PAC. Ce sera une affaire à suivre.

Merci à tous pour le soutien et les mobilisations que nous avons menées pour éviter ces jugements. Ce fut beaucoup d’énergie et nous pouvons être très fiers de tout ce qui s’est fait. Le courage, c’est aussi de résister aux provocations des flics quand nous l’avons décidé ensemble. Solidarité totale avec tous les amis paysans et chauffeurs escargots qui ont été arrêtés et pénalisés lourdement.

Ici, quand on se mobilise pour Notre Dame, on paie toujours très cher.

Enfin, on voudrait conclure par un mot sur la vie sur la ZAD.

Nous y vivons tous les jours, nous y dormons toutes les nuits, nous pouvons en parler en vrai.

Nous sommes heureux d’avoir des voisins et qu’ils aient occupé la place des maisons détruites en 2012 par César. Nous sommes heureux qu’ils aient remis de la vie là ou césar nous organisait un désert humain.

Il peut arriver qu’il y ait des embrouilles, mais nous retenons surtout la solidarité et l’énergie mise pour les résoudre. Qui peut réunir pendant des années 2 à 300 personnes sans qu’il y ait d’embrouilles.

Nous sommes riches de la convivialité, des échanges dans un sens et dans l’autre et de la solidarité avec les occupants.

Trouvez nous un autre endroit où vous pourrez sans argent partager du pain des légumes, de la vie culturelle et bien d’autres choses encore.

Alors, nous considérons que c’est plutôt une chance de côtoyer ces tentatives pour construire un monde diffèrent.

Gardons aussi les terres de Notre Dame pour que tous ces rêves en construction continuent à prendre forme.

 

Marcel Thébault et Sylvain Fresneau pour les historiques expulsables

A propos

Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique), sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières

Autocollant Acipa 2012 fond-gris

Rechercher...

Média sociaux

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux.

Facebook Twitter RSS Vimeo

GPlus Flickr Blogger Picasa

Plan du site ↑